En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus ok

Situez-vous

Localisez tous nos appartements sur la carte du Marais

Voir la carte

Nos Services à la Carte

Voir nos services

Vos affinités

En savoir plus

Petite Histoire du Marais

Les Origines du Marais

La rive droite de la Seine, au pied des collines de Belleville et Montmartre, est un vaste marécage que traversent très tôt plusieurs axes de communication, dont les actuelles rues St Martin et St Antoine datées de l'époque Romaine. En 879, l'Empereur Charles le Chauve fait don de ces terrains inondés à une communauté religieuse, l'Abbaye Ste Opportune. L'assèchement de ces terres fait des anciens marécages de fertiles « marais », mot parisien désignant les cultures de légumes et de plantes aromatiques, et de nouvelles confréries religieuses participent au maraîchage, dont la Maison du Temple et St Martin des Champs. Puis en 1176, Louis VII le Jeune, père de Philippe Auguste, fait du Marais le jardin potager de Paris.

  

Du XIIIe au XVIe siècle

Philippe Auguste fait construire une enceinte pour protéger Paris. Le Marais en est exclu, mais les portes de la ville restent ouvertes pour faciliter l'accès aux propriétés situées hors des murs. Vers 1360, le futur roi Charles V, par la construction de nouveaux murs de protection, annexe à la ville de Paris le quartier du Marais, qui obtient ses lettres de noblesses lorsque celui-ci s'installe tantôt à l'Hôtel St Paul, situé entre la rue St Antoine et le quai, et tantôt dans l'Hôtel des Tournelles. Pendant l'occupation anglaise qui s'ensuit, le Duc de Bedford réside dans le Marais, puis les lieux sont fréquentés par les rois Charles VII, Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François 1er. En 1545, le visage du quartier est changé. Les religieux, jusqu'alors gardiens du Marais, chargent Maître Guillaume Payen de vendre par lots leurs terres. Ainsi se construisent peu à peu, à travers champs, les rues des Francs Bourgeois, Sainte Catherine (actuelle Sévigné), Pavée et Payenne, parmi d'autres.

  

Le XVIIe siècle et ses fastes

Henry IV, premier grand urbaniste français, fait réaliser la Place Royale (actuelle Place des Vosges) qui devient le cœur du Marais. Dés lors les lieux deviennent lieu d’élégance et de festivités. Princes, grands nobles et ambassadeurs y font leurs entrées solennelles. Il faut y être vu. Ainsi s’édifient alentour, de splendides demeures de type hôtel particulier à la française, construction classique et discrète entre cour et jardin à l’abri des affres de la rue. Les précieuses, les philosophes et les libertins y tiennent salons.

  

Le XVIIIe siècle délaissé

La population suit leur roi. Louis XIV et sa cour élisent domicile à Versailles. Le marais et son centre la Place Royale subissent cet éloignement et sombrent dans l’abandon. Seul Marie de Rabutin Chantal, Marquise de Sévigné, femme de lettres et d’esprit, préfère garder domicile dans l’hôtel Carnavalet, aujourd’hui musée de l’histoire de Paris. Les nobles et bourgeois propriétaires des hôtels particuliers poussés par la révolution et la prise de la Bastille, toute proche, choisissent d’immigrer en province.

  

XIXe et XXe, du chaos à la résurection

Maltraités, dénaturés, transformés les beaux hôtels particuliers du Marais subissent l’anarchie des ateliers de production et l’invasion du béton. Et ce jusque dans les années soixante. De grands projets urbains mettent en péril tout ce patrimoine historique.
Heureusement des amoureux du quartier tels que l’architecte Albert Laprade ou le marionnettiste Michel Raude alertent l’opinion public et le gouvernement. André Malraux, alors ministre de la Culture, prend rapidement des décisions pour protéger le quartier du Marais. L’acquisition par l’Etat de lieux historiques, un plan de sauvegarde et de mise en valeur du Marais et un festival dans les lieux prestigieux du quartier permettent au Marais d’échapper définitivement à une destruction annoncée.

  

Le XXIe siècle rayonnant

Dés lors l’intérêt du Marais ne décroît pas. Artistes, créateurs, bourgeois bohèmes, amoureux d’histoires font du quartier une destination à ne pas manquer.

 


Partagez Paris Autrement par email et sur les réseaux sociaux :


Besoin d'aide ?
Souhaitez-vous que l'on vous rappelle ?
Vous préférez nous envoyer un e-mail ?